Le Chien de garde

Grand parleur, petit faiseur ?

Posted in Environnement, Justice, Partis politiques provinciaux, Politique québécoise, Société by Le Chien de garde du Québec on juin 19, 2009

Logo Chien de garde du Québec« Au mois de septembre 2008, le Gouvernement provincial libéral annonçait la création d’un nouvel espace économique pour le Québec et un de ces aspects constituants résidait dans le développement du Nord québécois. Ce développement, il faut que le Gouvernement l’exécute selon les principes du développement durable et de l’occupation dynamique du territoire. Pour le Québec, il s’agit du laboratoire par excellence pour mettre sur pied une approche territoriale intégrée et porteuse de vision à long terme. Tous les acteurs de cette région, y compris les peuples des Premières Nations, doivent être appelés à rejoindre l’effort national qui s’y déploiera. Qu’il s’agisse du potentiel humain, économique, culturel ou récréotouristique, le développement nordique devra servir d’exemple pour les autres régions du territoire québécois et pour toutes les nations soucieuses du bien-être de leur population et du développement durable de leurs collectivités. » (Chagnon; PLQ, 2008)

Cette citation provient d’une analyse qu’un des auteurs du Chien de garde a produite dans le cadre de sa maîtrise en administration publique ainsi qu’une synthèse des déclarations du chef du Parti libéral du Québec, Monsieur Jean Charest. Pourquoi un billet sur ce sujet, vous vous dites ?

La raison est fort simple : la journaliste de Cyberpresse, Agnès Gruda, a sorti un article aujourd’hui qui s’intitule « Grand Nord : la situation des enfants se dégrade » – voir le lien suivant : http://www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada/national/200906/18/01-877068-grand-nord-la-situation-des-enfants-se-degrade.php .

Dans cet article, elle dénonce le manque flagrant et honteux de ressources en services sociaux pour la région nordique du Québec. Il s’agit d’un véritable cri du cœur qu’elle lance au public et au Gouvernement afin que la situation ne sombre pas encore davantage, à un point peut-être de rupture définitive et sans retour possible. Il faut comprendre que cette région et sa population sont particulièrement touchées par des fléaux de société tels que la pauvreté, la violence familiale, l’abandon infantile, la dépendance à des substances illicites ou licites, etc. Devant ces problèmes graves et documentés en grand nombre, le Gouvernement est dans l’obligation de veiller à ce que des ressources suffisantes soient octroyées à cette région afin que les autorités sociales régionales puissent faire correctement leur boulot qui est d’essayer d’aider le plus possible la population à se sortir du cercle vicieux de l’exclusion sociale.

La journaliste commence son article par deux citations qui veulent tout dire sur la situation se trouvant là-bas et à votre intention, chers lecteurs, les voici pour que vous aussi vous puissiez juger de la gravité de ce problème.

« La situation est fragile et inquiétante, nous lançons un cri de désespoir, dit un responsable de la Protection de la jeunesse à Kuujjuaq, André Lebon. »

« La situation est dramatique, il y a eu une dégradation qui rend impérative une intervention concertée et immédiate, confirme la vice-présidente de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse, Sylvie Godin, qui a été alertée la semaine dernière. »  (Gruda, 2009)

Alors, le Chien de garde du Québec demande donc au Premier ministre et à son équipe ministérielle, que comptez-vous faire pour régler cette situation ? Quand allez-vous la régler ?  Attendez-vous que la situation n’arrive à un point de rupture comme décrit plus haut dans ce commentaire ? Il est du devoir de votre Gouvernement de faire quelque chose, ce même Gouvernement qui clame haut et fort, et partout où il a la chance, qu’il veut développer le Grand Nord québécois en respect du développement durable et qu’il veut en faire une partie importante de son nouvel espace économique qu’il entend donner au Québec de demain.

En terminant, je vous laisse avec la définition du Gouvernement du Québec à propos du développement durable et vous allez alors comprendre par vous-même que ce dernier n’a vraiment pas le choix d’agir s’il veut être conséquent avec lui-même, ses principes et ses valeurs.

« Le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs. [Un des concepts importants de cette définition est celui] de « besoins », et plus particulièrement des besoins essentiels des plus démunis, à qui il convient d’accorder la plus grande priorité. […] Même au sens le plus étroit du terme, le développement durable présuppose un souci d’équité sociale entre les générations, souci qui doit s’étendre, en toute logique, à l’intérieur d’une même génération. » (Gouvernement du Québec, 2009)

http://www.mddep.gouv.qc.ca/developpement/inter.htm

Post-scriptum :

Le Chien de garde du Québec demande à tous ses lecteurs qui se sentent concernés ou interpellés par les dernières lignes d’écrire ou de téléphoner à leur député provincial pour leur faire part de votre mécontentement face à cette situation. N’oubliez jamais que plus nous serons nombreux à japper fort, plus les gouvernements seront obligés de nous écouter et cela ne peut être que bénéfique à long terme pour notre société.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :