Le Chien de garde

Le phénomène du voiture-boulot-voiture-dodo des fourmis banlieusards

Posted in Environnement, Société, Transports by Le Chien de garde du Québec on juillet 6, 2009

Logo Chien de garde du QuébecUne migration temporaire de millions de petites fourmis québécoises dans la grande région de Montréal a lieu tous les jours des fourmilières des couronnes extérieures à la métropole des fourmis et vice-versa. La particularité de cette migration fourmilière est que toutes ces bestioles se déplacent à l’aide d’engins mécaniques et non à l’aide de leurs pattes. Par ailleurs, la migration a des conséquences négatives considérables pour l’ensemble de l’écosystème de la région de la métropole de ces bébittes. Les conséquences sont nombreuses et vont de la dégradation de l’environnement et de la santé générale, aux finances personnelles, aux congestions interminables des principaux axes routiers et au manque d’intérêt pour les alternatives à ce phénomène inquiétant.

Le Chien de garde a réfléchi sur ce sujet en regardant le nombre effarant et exponentiel de voitures avec un seul passager sur les principaux axes routiers autour de la ville de Montréal. Leur grand nombre a suffi pour le convaincre d’écrire! Par ailleurs, il n’est pas le seul à trouver cela inquiétant puisque de nombreux autres acteurs de notre société civile en sont préoccupés et parmi ces derniers, il y a la ville de Montréal, le gouvernement, les groupes environnementaux et de nombreux citoyens. Ce qui est surprenant en soi dans ce phénomène, c’est que malgré toute la bonne volonté verte des Québécois et Québécoises, ils sont encore une majorité à utiliser leurs voitures pour aller travailler lorsqu’il y a plusieurs alternatives qui sont déjà présentes.

Les alternatives présentes couvrent un vaste choix et parmi ces dernières, il y a, évidemment, les transports en commun qui couvrent une grande partie dans la région de Montréal. Par ailleurs, on peut aussi y ajouter le covoiturage, l’utilisation de services tels que Commuauto, la bicyclette (voir le Bixi à Montréal) ou même la marche pour ceux qui restent à une distance de leur lieu de travail qui s’y prête. De plus, les irréductibles, ceux qui ne veulent pas se séparer de leurs machines ou qui se sentent dépossédés d’une partie d’eux-mêmes sans elle, peuvent toujours considérer l’achat d’une voiture à faible consommation d’essence ou hybride.

En somme, si la conscience individuelle et le désir de contribuer à un monde meilleur pour les fourmis québécoises ne sont pas suffisants pour faire changer les pratiques de transport, les autorités fourmilières devront trouver un autre moyen de les y contraindre et de serrer la vis à ceux qui se complaisent à nager à contre-courant de cette évolution verte plus que nécessaire et urgente. Plusieurs mesures coercitives sont déjà en place, mais le gouvernement devrait aller encore plus loin en imposant, par exemple, un péage pour entrer dans Montréal ou même encore un alourdissement fiscal de type pollueur-payeur pour tous ceux qui, au contraire, continuent de se procurer et de conduire des véhicules extrêmement énergivores et polluants. Tel est l’opinion du Chien de garde sur ce sujet.

Liens intéressants:

http://montreal.bixi.com/accueil

http://www.communauto.com/

http://www.ecovoiturage.ca/?gclid=COP7yf-VwZsCFU1M5QodlX8IBw

Publicités

Le civisme… dans les transports en commun, c’est quoi cette bibitte?

Posted in Société, Transports by Le Chien de garde du Québec on juin 17, 2009

Logo Chien de garde du QuébecLa bibitte en question est une valeur qui se définit comme étant le sens des responsabilités et des devoirs des citoyens d’une communauté. Ce sens, selon le Chien de garde, est en train de se faire remplacer dans les transports en commun par une autre valeur qui est son miroir et qui est l’incivisme. Ce dernier terme peut se définir comme étant la négation des responsabilités et des devoirs des citoyens. Alors, au bénéfice de tous les usagers des transports en commun, voici donc les dix commandements du civisme :

1-  Vous aurez un respect pour les autres et ce qui vous entoure comme vous pouvez l’exiger pour votre personne de la part d’autrui.

2- Une bonne hygiène personnelle vous aurez lorsque vous voudrez utiliser les transports en commun.

3-  Vos déchets résiduels aux endroits appropriés vous mettrez.

4-  Lorsqu’un train de métro arrive en station, les personnes y descendant, vous laisserez passer avant de monter dans le wagon.

5-  Lorsque vous entrez dans un transport en commun, votre sac, vous enlèverez de votre dos.

6-  Lorsqu’une personne aux capacités réduites se présente dans un transport en commun, votre siège vous lui céderez (ils sont les femmes enceintes, les personnes âgées, les enfants en bas âge et les personnes handicapées physiquement).

7-  Seulement la place à laquelle vous avez droit vous prendrez. C’est-à-dire que les wagons ou les autobus, aux heures de pointe, ne sont pas des scènes où se produire au cours d’un mégaspectacle imaginaire et les pieds restent par terre et non sur les sièges voisins.

8-  Lorsque le transport en commun est en marche, bien vous tenir, vous ferez afin d’éviter des accidents.

9-  Les portes du wagon de métro, vous ne retiendrez pas afin de ne point occasionner de retards aux autres ou des pannes.

10- Lorsque vous utilisez les escaliers mécaniques dans les stations de métro, les mêmes règles que sur une autoroute vous utiliserez. Les personnes voulant se faire monter à droite et les personnes voulant monter en marchant à gauche.

Mise en garde du Chien de garde du Québec

L’application de ces commandements risque de causer la dépendance étant donné que la fréquentation des transports en commun par un individu s’en retrouvera grandement améliorée.